Avec Mati Diop pour un voyage à travers L’ATLANTIQUE, de Cannes aux Oscars.

    0
    62
    CANNES, FRANCE - MAY 25: Mati Diop wins the Grand Prix award for the film "Atlantique" at the Closing Ceremony during the 72nd annual Cannes Film Festival on May 25, 2019 in Cannes, France. (Photo by Stephane Cardinale - Corbis/Corbis via Getty Images)

    ATLANTIQUE, le film de Mati Diop tourné au Sénégal est un conte à la fois tragique et fantastique sur les dérives de la migration. Dans ce film, mise à part du drame raconté, la réalisatrice témoigne un amour sans équivoque à la ville de Dakar, à ses rue et à sa banlieue ce qui lui a valu d’être distingué au festival de Cannes en remportant le grand Prix du Jury.

     

    CANNES, FRANCE – MAY 25: Mati Diop speaks after receiving the Grand Prix award for the film « Atlantique » at the Closing Ceremony during the 72nd annual Cannes Film Festival on May 25, 2019 in Cannes, France. (Photo by Pascal Le Segretain/Getty Images)

    Grand Prix du dernier Festival de Cannes, ATLANTIQUE n’est pas juste une histoire de migrants racontée par une jeune réalisatrice d’origine africaine, Mati Diop, Franco-Sénégalaise de 37 ans, revenue tourner son premier film sur les côtes de la banlieue de Dakar. Par son sujet, le film n’élude pas le côté économique, politique et humain du drame de la migration, mais en lui donnant une forme et des ressorts inattendus : Atlantique, c’est aussi une histoire d’amour contrariée, qui se mâtine de polar avant de devenir une fable fantastique.

    Voilà ce que donne à voir le film “Atlantique” de Mati Diop. Prolongement d’un court-métrage du même nom (mais au pluriel) qui suivait la traversée d’un jeune Sénégalais, la caméra de la réalisatrice reste désormais aux côtés de ceux, ou plutôt de celles, qui doivent continuer de vivre après le départ de leurs êtres chers.

    La réalisatrice est la fille du musicien sénégalais Wasis Diop. Elle s’est fait connaître du monde du cinéma en 2013, l’année de la sortie de son moyen métrage documentaire « Mille soleils ».

    Dans « ATLANTIQUE », premier film sénégalais en compétition officielle à Cannes depuis 27 ans après son oncle Djibril Diop Mambety, l’ancienne étudiante en arts plastiques raconte la traversée en mer d’un jeune migrant depuis les côtes sénégalaises.

    Mati Diop raconte aussi l’histoire d’une héroïne de la banlieue populaire de Dakar (Ada), amoureuse d’un ouvrier travaillant sur un chantier et sans salaire depuis des mois.

    Le jour où l’ouvrier décide de quitter le pays par la mer pour chercher un avenir meilleur en Europe, la vie de la jeune fille bascule.

    Plongée dans une attente angoissante, devant épouser un autre homme, elle se retrouve au bout de quelques jours au cœur de phénomènes étranges : un incendie a lieu pendant sa fête de mariage et des fièvres inexpliquées frappent les filles du quartier. Au moment où certains affirment avoir vu l’ouvrier dont il est amoureux. « ATLANTIQUE » est « un film sur la hantise et l’envoûtement, sur l’idée que les fantômes prennent naissance en nous », a dit sa réalisatrice à l’AFP.

    C’est à travers ces histoires de fantômes, de revenants et d’esprits qui hantent que la réalisatrice nous berce jusqu’aux Oscars pour aller représentée le Sénégal.

     

    Moussa NDIAYE Manou • Dakarcine.com

    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here